Association suisse pour la protection de la nature en Argentine
Projets
Projets

Projets

Un avenir pour les Mbyá, les Jaguars et nous tous !

Dernier article de presse (en allemand)

Les projets suivants ont déjà été réalisés :

Communauté Takuapí :

6 hectares – Fr. 7’000 – Contrat signé 2009.

La communauté vit sur un terrain partiellement boisé qui a été acheté par des milieux ecclésiastiques en Suisse et remis aux Mbyá. Après que leurs huttes, leurs lieux de culte et le cimetière aient été emportés et détruits, ils ont trouvé ici un nouvel espace vital. 
6 hectares bordant cette nouvelle propriété ont été colonisés par la communauté grandissante. Le propriétaire a résisté et a voulu faire démolir les cabanes. Heureusement, cela ne s’est pas produit. Sagittaria a pu acquérir ces terres pour les Mbyá dans le cadre d’un règlement.

Communauté de Guaviramí :

121 hectares – Fr. 179’400 – Contrat signé 2010

Cette communauté a été formée par un groupe de Mbyá qui n’avait pas d’espace vital fixe. L’entité juridique n’a été constituée qu’après qu’ils se soient établis dans leur forêt. Il s’agit de 100 hectares de forêt vierge peu modifiée et de 21 hectares de terres autrefois défrichées et plantées de pins à croissance rapide. Celles-ci se sont transformées en une forêt dense au cours des 20 dernières années.

Tupamba’é :

56 hectares – Fr. 104’000 – Contrat signé 2012

Cette communauté ne s’est également formée qu’après s’être installée sur la propriété. Ces 56 hectares bordent deux rivières où la forêt est peu altérée. Plus loin, il y a plusieurs sources. A Tupamba’é, il y avait auparavant des champs de thé et de maté, des forêts de tung et plus tard des pâturages. Ici, la forêt se régénère petit à petit. Des graines d’arbres médicinaux sont dispersées parmi les essences de lumière à croissance rapide et des arbres fruitiers sont plantés. 

Amba’y Poty : 

20 hectares – Fr. 27’834  – Contrat signé 2020.   

Cette communauté s’était installée dans une forêt privée. Le propriétaire voulait les expulser, mais il a pu être persuadé de céder la forêt à des conditions favorables. Aujourd’hui, la communauté est propriétaire de ses 20 hectares de forêt.

Santo Pipó : 

50 hectares – Fr. 66’082 – Contrat signé 2020

Cette communauté s’est reformée et construit ses premières huttes. Elle a trouvé une source et est immensément heureuse des 56 hectares de belle forêt ancienne que Sagittaria et AIS ont pu acquérir ensemble pour la communauté. L’entité juridique n’a pas encore été constituée. Jusqu’à ce que cela soit fait, Tiny, le chef de la communauté, détient la forêt en commission pour la communauté.

A ce jour, 253 hectares ont été acquis pour un montant de Fr. 384’316.

Le projet suivant est en cours :

Tekoa Guapo’y Poty : 

24 hectares – 36’000 $ US – Contrat signé 2021

Cette communauté vit directement sur le fleuve Paraná. Elle a connu une croissance rapide ces dernières années. Le terrain appartient au ministère de l’éducation et n’a pas encore été transféré à la communauté en raison d’obstacles bureaucratiques. De nombreux Mbyá ont fui par le Paraná pour échapper à la culture du soja. Les terres deviennent exiguës : aujourd’hui, 35 familles vivent sur 18 hectares. Un total d’environ 24 hectares de terrain dovent maintenant être acquis pour eux. 

Les projets suivants peuvent être envisagés si le financement peut être assuré :

Forêt sur le Chafaríz, près de Soberbio :

400 hectares – offre US $600’000 – Situation 01/2022

Le Chafaríz est une petite rivière près de Soberbio qui se jette dans le Rio Uruguay. Une grande communauté y vit à la lisière et dans une forêt. Celle-ci appartient à un homme de 78 ans. Il laisse les Mbyá faire ce qu’ils veulent, mais maintenant il ne peut plus garder la forêt sans l’exploiter. Le chaman a demandé au dieu Ñanderú de trouver une solution. Les attentes sont donc élevées ! Les prix des forêts ont baissé à Misiones en raison de la situation économique. Le comité directeur avait donc décidé d’entamer à nouveau des négociations sur les prix. Malheureusement, celles-ci ont pour l’instant échoué.  Cette acquisition de forêt est donc provisoirement mise en veilleuse. En lieu et place, trois petites parcelles de forêt adjacentes pourraient être acquises. La première d’entre elles couvre 19,5 hectares. Les négociations sont déjà bien avancées. Deux hectares sont occupés par une forêt de pins. Les Mbyá l’utiliseront pour le bois de construction et de chauffage et planteront plus tard sur cette surface du manioc, du maïs, des haricots et des courges. Un peu plus de 17 hectares de forêt sont préservés. Cette parcelle de forêt coûte 5 millions de pesos. Cela représente actuellement environ € 20’000.00.

A l’ouest de Takuapí :

20 hectares – offre US $60’000 – 01/2022

Au sud, adjacent à la parcelle de Takuapí, un terrain de 20 hectares peut être acquis. C’est en grande partie une forêt. Une zone pourrait être utilisée pour des cabanes et des plantations, sur 4 hectares il y a un champ de yerba mate. Verá Mirí (Hilario Agosta) veut sécuriser ces terres pour 7 familles qui doivent actuellement vivre juste à côté d’une route sur laquelle ils ont perdu leur garçon de 12 ans dans un accident . Ils veulent désespérément quitter ce lieu de deuil et offrir un environnement plus sûr à leurs enfants. L’offre du vendeur est très élevée car il n’est pas obligé de vendre. Cependant, les 20 hectares relient deux méandres du Cuña Pirú. Les 35 hectares dans la boucle de la rivière sont une parcelle captive sans droit de passage. Les 20 hectares aux mains du Mbyá permettraient donc de sécuriser l’ensemble de la boucle. Les Mbyá auraient également le droit de revendiquer les 35 hectares comme faisant partie de leur habitat, conformément à l’article 75 de la Constitution argentine, ce qui signifie que des interventions ne seraient possibles qu’en concertation avec eux. Cela rendrait la parcelle pratiquement sans valeur pour les propriétaires blancs. Il est vrai que les prix des terrains sont plus élevés dans cette région qu’à Chafariz. Tout de même, nous trouvons le prix demandé encore trop élevé.

Au bord du parc provincial « Valle del Cuña Pirú » :

300 hectares – offre US $450’000 – 01/2022

300 hectares pourraient être acquis à côté du parc provincial « Valle del Cuña Pirú ».  Cette forêt vierge serait d’une grande importance d’un point de vue écologique et pour les Mbyá. Les Jaguars y vivent. Mario Borjas de Kaa’á Kupé aimerait fonder une nouvelle communauté et vivre avec eux dans cette forêt. Des Mbyá de plusieurs communautés souhaitent fonder une nouvelle communauté